Les Mutants de l’Espace

Un film de Bill Plympton

Mutant Aliens - Etats-Unis - 2001 - Couleur - 83 min.

Sortie en salles : 9 janvier 2002

Une nouvelle histoire délirante signée Bill Plympton, emprunte comme à son habitude de sexe, de violence, de folie surréaliste et de beaucoup d’humour.

L’astronaute Earl Jensen s’envole pour une mission dans l’espace dirigée par le Dr Frubar, laissant derrière lui sa petite fille de cinq ans, Josie. Le lancement est un succès, mais le Dr Frubar fait croire à un incident et abandonne Earl dans l’espace. Vingt ans après, Josie, qui travaille dans un observatoire et espère toujours retrouver une trace de son père perdu dans l’espace, découvre un astéroïde sur le point de s’écraser sur la Terre. Le miracle survient : C’est la capsule de son père. Peu après, atterrit un énorme vaisseau d’où sortent cinq mutants de l’espace qui vont aider Earl à se venger.

Les Mutants de l'Espace de Bill Plympton

La presse

Bill Plympton est mon animateur préféré.
Terry Gilliam

Bill Plympton est Dieu… Ou alors il a vendu son âme.
Matt Groening

Bill Plympton est un mélange de William Gibson pour la patte SF, de Terry Gilliam pour l’humour décapant et de Mick Jagger pour la provoc érotique. A voir d’urgence.
Libération

Les scénarios de cet allumé du crayon, de ce dézingué du trait sont des sommets de délire stupéfiant. Votez Plympton !
Première

Bill Plympton est de retour avec une fable où le Président se fait bouffer par un Nez et où le Dr Frubar suce un satellite. Subversif.
Les Inrockuptibles

Les seules limites de Plympton sont celles de son imagination.
Télérama

Jouissif
Le Monde

Son cocktail de sexe, de violence, de surréalisme et d’humour donne un film aussi ludique qu’intelligent. Du grand cinéma d’animation pour adultes.
Studio

Ce concentré de mauvais esprit et d’attaque en règle du conquérant american way of life est une petite merveille.
Ciné-Live

Le graphisme délirant et sexuel de Plympton est des plus réjouissants.
Le Nouvel Observateur

Bill Plympton, comme Joe Dante, est un authentique franc-tireur de la contre-culture américaine. Son univers est celui de la satire jouissive.
Les Cahiers du cinéma

83 minutes de bonheur. Plympton est le chaînon manquant entre Tex Avery, le Ralph Bakshi de Fritz the Cat et le peintre Jérôme Bosh.
Elle

Plympton où l’anarchie joyeuse.
L’Humanité

Plympton est le réalisateur des cartoons le plus fou de cette dernière décénnie. Il mériterait à son tour de devenir président des Etats-Unis, histoire de déclencher le Troisième Guerre mondiale du rire.
Rock’n’Folk

Pour les anti-Bambi convaincus, qui ont grandi avec Picha ou Ralph Bakshi et qui, depuis, sont accro à South Park et Beavis and Butt-head.
Max

Chaudement recommandé! L’univers absurde de Plympton est poussé vers ses limites extrêmes. Tout est folie pure noyée dans le celluloïd.
Mad Movies

Univers loufoque et mutants à foison, tel est le cocktail explosif de ce film à rebondissements multiples où humour noir et cynisme grinçant sont au rendez-vous.
L’Ecran Fantastique

Le trait est précis, délirant, sensuel, les cadrages, cinématographiques, et les trouvailles, très drôles. Cette satire de l’Amérique vous colle au fauteuil.
Paris Match

Un film d’animation pour adultes, anticonformiste et très personnel où l’on retrouve la patte inimitable du grand dessinateur américain.
Pariscope (Coup de coeur)

Si vous avez déjà raffolé de son Impitoyable lune de miel!, vous allez être ravis: c’est toujours aussi déjanté et insolent.
L’Officiel des spectacles