LA PRESSE

Interview de Johan Grimonprez

Propos de Geoffrey MacNab

 

 

Double Take
Johan Grimonprez

Sortie en salle: 22 septembre 2010

Avec Alfred Hitchcock et son double, Ron Burrage, Mark Perry, Delfine Bafort ...



Belgique, 80 min, noir et blanc, 2009,


EN SALLE DEPUIS LE 22 SEPTEMBRE

Où VOIR LE FILM



Thriller politique, Double Take met en scène un récit orchestré par Alfred Hitchcock, où se mêlent faux-semblants, couples étranges et histoires croisées.

 

 

 


Double Take est un objet de sidération absolu, un film aussi intrigant qu'amusant. Un détournement jubilatoire de l’œuvre, de la vie et même de l’homme Alfred Hitchcock.

France Inter (Cosmopolitaine)



Beau film complexe et ludique, Double Take aspire l’attention et inspire.

France 2



Le film de Grimonprez pratique avec maestria l’art du montage dans un docu-fiction original et beau.

Pariscope



Le réalisateur Johan Grimonprez propose ici un subtil collage d’archives télévisuelles et cinématographiques. En juxtaposant ainsi des images, il provoque un questionnement sur la valeur du produit médiatique.

L’Officiel des Spectacles



Voici un film qui ne ressemble à rien ni à personne : du cinéma surgi de nulle part, drôle, intrigant, virtuose.

Nouvel Observateur



Un thriller stimulant avec Hitchcock, Nixon et Khrouchtchev pour héros. Grimonprez s'interroge avec intelligence et drôlerie sur la façon de présenter et de recevoir les images.

Studio Ciné Live



Un thriller politique hypnotisant et renversant, mariant guerre froide et psychoses hitchcockiennes.

Un film dense, à voir, et à revoir.

Culturopoing



Un thriller politique doublé d’une étonnante méditation sur l’histoire des médias à travers la figure d’Hitchcock.

Fluctuat



Double Take fait preuve d’un étonnant équilibre et propose une belle réflexion sur le pouvoir des images.

Critikat



L’un des projets ciné les plus originaux de la semaine : un film de fou furieux mettant en scène Alfred Hitchcock aux prises avec son double sur fond de guerre froide.

A Nous Paris







Alors que la guerre froide s’intensifie, la télévision prend peu à peu le cinéma en otage en s’immisçant dans les foyers américains. Les dirigeants des deux blocs s’efforcent désespérément de rester cohérents lors d’un débat à la télévision. Et, Hitchcock et son insaisissable double apparaissent de plus en plus obsédés par le meurtre parfait... de leur double respectif !

À partir d’un collage d’archives télévisuelles et cinématographiques, Johan Grimonprez, sur un scénario inspiré d’une nouvelle de Borges, détourne la figure mythique du « maître du suspense ». Sous la forme d’une intrigue ludique, il dissèque la paranoïa d’un individu comme métaphore de la crise politique et nous invite à réfléchir à notre propre rapport aux images.



Dans son dernier film, Double Take, l’artiste et cinéaste Johan Grimonprez explore des thèmes qui lui sont familiers : comment la télévision manipule les foules; effraie et brouille la frontière entre réalité et fiction. Encore une fois, au centre de l’oeuvre, une silhouette se dessine, Alfred Hitchcock. Ce film est en quelque sorte la suite du court métrage de Grimonprez, Looking For Alfred, qui joue de la même façon sur le thème de la duplicité, en décortiquant les apparitions d’Hitchcock dans ses propres films, et se demandant ce qui se passerait si Hitchcock venait à rencontrer...Hitchcock. A la différence que dans ce projet-ci, l’enjeu augmente considérablement.



Documentaire déroutant, Double take illustre remarquablement les méthodes de travail de Grimonprez, qui consistent à remettre en question les images reçues et à faire la guerre aux clichés.

D’autre part, c’est un clin d’oeil à ce que les spectateurs subissent avec la quantité d’images dont on les bombarde littéralement chaque jour.

Grimonprez s’est fait connaître en 1997 avec son film Dial H-I-S-T-O-R-Y, un documentaire traitant de détournements d’avions, oeuvre faisant figure de véritable prédiction pour beaucoup. Ce film étudie la fascination qu’exercent les piratages sur les spectateurs ainsi que les méthodes ingénieuses – parfois dignes des plus grands cinéastes d’avant-garde – avec lesquelles les media filment et présentent les actualités.



Biographie

Né le 12 août 1962, à Roeselare, en Belgique.

Johan Grimonprez enseigne à la School of Visual Arts de New York et passe son temps entre New York et Bruxelles.

Encensé par le London Times et le New York Times comme étant «un incroyable tour de montagnes russes à travers l’histoire», le film Dial H-I-S-T-O-R-Y de Johan Grimonprez (1997), périple dans les annales des détournements d’avion, a raflé le prix de meilleur réalisateur aux festivals internationaux de San Francisco et de Toronto. Depuis son succès au Centre Georges Pompidou (Paris), le film a voyagé de par le monde.

Son film Looking for Alfred (2005) a été présenté au Festival du film de Rotterdam en 2005 et a remporté le Prix Spirit à New York, ainsi que le Prix international des médias du ZKM en 2005, et le Prix européen des médias en 2006.

La fiction How To Remind Your Dog, prévue pour 2010, explore le thème du happy ending dans un monde où règne un consumérisme acharné.



Filmographie (longs métrages)

HOW TO REWIND YOUR DOG, 2010

En développement.

DOUBLE TAKE, 80 min, 2009

Dial H-I-S-T-O-R-Y, 68 min, 1997

Grimonprez a acquis une renommée internationale grâce au vidéo-collage, Dial H-I-S-T-O-R-Y.

Son avant-première au Centre Pompidou ainsi qu’au Documenta X de Cassel en 1997 préfigura étrangement les événements du 11 septembre. Le film montre, à travers la thématique des détournements d’avions survenus depuis les années 70, comment notre rapport à l’information s’est métamorphosé. L’oeuvre est constituée d’images recyclées tirées des actualités, de films hollywoodiens, de cinéma d’animation et de spots publicitaires. Enfant de la première génération télé, l’artiste mêle réalité et fiction de façon innovante et présente l’histoire comme un sujet aux multiples dimensions, ouvert à la manipulation.





LA PRESSE - Interview de Johan Grimonprez - Propos de Geoffrey MacNab